Mairie, Transports

Fermeture du guichet de la gare : la commune demande le remboursement des subventions

Mercredi 25 septembre 2019, la SNCF fermait son guichet d’accueil à la gare de Saint Étienne de Montluc. Dès cette annonce, Rémy Nicoleau avait dénoncé la dégradation de la qualité du service de proximité inhérent à cette décision.

Publié le

Une fermeture jugée inacceptable

À l’annonce de cette fermeture, par une simple affiche en gare, Rémy Nicoleau, Maire de Saint Étienne de Montluc avait réagi en qualifiant cette décision prise sans concertation avec les élus locaux, « en mépris total à l’égard des élus, des habitants et des usagers ».

La fermeture du guichet oblige désormais les usagers à avoir recours à de nouveaux moyens avec lesquels ils ne sont pas forcément à l’aise, tels que le guichet automatique ou internet, pour se procurer des renseignements et des titres de transport, sans possibilité d’accompagnement. Le Maire avait également rappelé que le guichet automatique faisait souvent l’objet de panne ou de vandalisme, obligeant les usagers à posséder un téléphone avec accès internet.

Au nom du maintien des services publics de proximité, la Municipalité avait engagé des travaux dès 2011 afin de garantir les conditions d’accessibilité à tous en vue d’améliorer le service aux usagers notamment grâce à un accueil des plus fragiles.

Ces travaux ont été cofinancés par la commune de Saint Étienne de Montluc à hauteur de 22,5%, la Communauté de Communes Estuaire et Sillon à 22,5%, la Région Pays de la Loire à 30% et la SNCF à 25%.

Le Conseil Municipal demande le remboursement des subventions

Dès la fermeture du guichet, la Municipalité a engagé une action pour demander le remboursement des subventions accordées. La fermeture de ce bâtiment, quatre ans après les travaux de réhabilitation, constitue une violation des conditions posées à l’attribution des subventions.

Le 28 janvier 2020, la commune a adressé un courrier à la SNCF afin de l’informer de son intention de retirer les subventions versées. La SNCF disposait alors d’un délai de 20 jours pour présenter ses observations. À ce jour, aucune réponse n’a été apportée par la SNCF.

À l’unanimité, jeudi 25 juin, le Conseil Municipal, a pris une délibération prononçant le retrait des subventions versées à la SNCF à hauteur de 61 569,65€ (soit 47 779,65€ pour les travaux de mise en accessibilité du bâtiment voyageurs et 13 790€ pour la mise à disposition d’un bungalow).